A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z

Recherche dans un titre
par mot-cle :

En revenant de la revue

.Delormel/L.Garnier - L-C.Desormes

1886 -

Une chanson qui fait penser immanquablement au Général Boulanger, bien qu'à l'origine elle n'aie rien eu de politique. C'est Paulus qui sous le coup d'une étrange inspiration patriotique, en modifia un vers en la chantant le soir du 14 juillet 1886 à l'Alcazar. "Moi, j'faisais qu'admirer, la fière allure de nos troupiers" devint "Moi, j'faisais qu'admirer, Not'brave général Boulanger". Dans la salle, c'est du délire. Boulanger symbolisait alors le renouveau de l'armée et la revanche que tout le monde souhaitait. On le surnommait d'ailleurs "Le général La Revanche". La chanson survivra au suicide de de son héros de circonstance et restera une des plus polulaires rengaines à la gloire de l'armée jusqu'en 1914.

Lecture mp3 :



Malloire


André Bourvil


Retour aux Paroles
































Cette chanson existe sur les CD suivants :

Ces années là 1850-1899


L'Histoire de France


Chansons de conscrits


La belle époque


Les mélodies éternelles


Nos plus belles chansons Vol1 1890-1905


Les chansons patriotiques 1900-1920

..
.