Recherche dans un titre ou par mot-cle :

Vae Victoribus

Paul Déroulède - G.Geispitz

1875

Vae victis est une expression latine signifiant « malheur aux vaincus » prononcée par le chef gaulois Brennus, qui avait vaincu Rome. Après avoir négocié le poids de la rançon en or que les gaulois exigeaient pour se retirer, les opérations de pesage commencèrent quand un sénateur romain fit remarquer que les poids utiliser dans la balance n'étaient pas bons.  Brennus,  furieux, ajouta alors son épée sur la balance du côté des poids en criant sa fameuse phrase. Paul Déroulède dans son ouvrage "Les chansons du soldat" reprend ici cette célèbre phrase latine en la tournant contre les prussiens : Malheur aux vainqueurs !


La Prusse et les Prussiens ont vaincu l'Allemagne
Les ruses sont leurs jeux, les pillages leurs biens
Ils ont vaincu la France et tiennent sa campagne
La Prusse et les Prussiens!

Aussi, comme ils sont fiers sur le seuil de la porte!
Comme ils font sur nos maux de joyeux entretiens!
Quels souvenirs elle a, quels espoirs elle porte
La Prusse et les Prussiens!

Comme elle dit:"Laissez passer les rois des hommes,
"Peuples, reconnaissez nos droits de patriciens;
"L'univers est à nous, puisque c'est nous qui sommes
"La Prusse et les Prussiens!"

Eh bien moi, je le hais, ce peuple de Vandales,
De reitres, de bourreaux, - tous ces noms sont les siens;
Je le le hais, je maudis dans leur races fatales
La Prusse et les Prussiens!

Que leur roi, consacré tyran par la victoire,
Refoulant le progrès jusques aux temps anciens,
Baillonne dans leur joie, étouffe sous leur gloire
La Prusse et les Prussiens!

Que la plèbe aux abois s'y déchaîne par meutes;
Que de ces bords du Rhin dont ils sont les gardiens,
Nous puissions voir crouler, sous le feu des émeutes,
La Prusse et les Prussiens!

Que leurs maux soient sans plainte et leurs morts sans prière,
Qu'ils soient chassés du Temple en vrais Pharisiens!
Qu'aucune foi ne guide, et qu'aucun Dieu n'éclaire
La Prusse et les Prussiens!

Que le luxe, volé de nos villes attiques,
Change, sans les former, leurs goûts béotiens;
Qu'elle vive fièvreuse, et qu'ils meurent étiques,
La Prusse et les Prussiens!

Enfin, c'est là surtout le voeux de ma jeunesse,
C'est seul pour quoi je vis, c'est à quoi seul je tiens,
Que la Patrie en deuil se reprenne et ne laisse
Que la Prusse aux Prussiens!

Que tout s'arme contre eux, contre eux que tout conspire
Que, quels que soient le chef, la route et les moyens,
La France et les Français n'aient qu'un seul but: détruire
La Prusse et les Prussiens!
































Cette chanson existe sur les CD suivants :

..
.