Recherche dans un titre ou par mot-cle :

La marraine des poilus

Bruyant Alexandre, chansonnier populaire

1916

sur l'air de "La sérénade du pavé"


Jamais les baisers d'une mère
Ne m'endormirent au berceau
Je n'ai connu dans ma misère
Qu'une famille, le drapeau
Et puis j'apprends qu'il est au monde
Une femme qui pense à moi
Qui tremble quand le canon gronde
Et que mon sort met en émoi

Refrain
Savez vous, marraine inconnue
Que j'ai pleuré comme un enfant
Votre lettre est la bienvenue
Je suis gai maintenant
Savez vous marraine inconnue
Que j'ai pleuré comme un enfant
Votre lettre pour moi fut la bienvenue

De vous je sais bien peu de chose
Un simple nom et voilà tout
Peut-être êtes vous blonde et rose
Ou brune au regard calme et doux
Peut-être aussi vieille grand-mère
Au front brodé de cheveux blancs
Qui vous souvenez que naguère
Vous eûtes des petits enfants

Refrain
Qu'importe ô marraine inconnue
Je vous aime tout simplement
De toute mon âme ingénue
Je me crois votre enfant
Qu'importe ô marraine inconnue
Je vous le dis tout simplement
Votre lettre pour moi fut la bienvenue

Quand se terminera la guerre
Je vous reviendrai triomphant
Peut-être alors serez vous fière
Du soldat choisi pour enfant
Mais s'il tombait sous la mêlée
Votre filleul pour son drapeau
De cette manière ignorée
Le nom serait son dernier mot

Dernier refrain
Savez vous marraine inconnue
Que j'ai pleuré comme un enfant
Votre lettre est la bienvenue
Je l'attend maintenant
Je signe marraine inconnue
En vous embrassant tendrement
Une lettre de vous sera bienvenue
































Cette chanson existe sur les CD suivants :

..
.