Recherche dans un titre ou par mot-cle :

Les hirondelles fran├žaises

Villemer et Delormel

Vers 1880



Nous ramenant les lilas sous leurs ailes
Et du printemps annonçant le retour
Hier j'ai vu passer des hirondelles
Sur les canons des créneaux de Strasbourg
Elles venaient d'un bien lointain voyage
Vers l'ancien nid chercher, comme autrefois
Pour leurs chansons un peu d'herbe et d'ombrage
Et du soleil sur les bords de nos toits

Refrain
Cherchant en vain le drapeau de la France
Dont la couleur illuminait nos tours
J'ai vu s'enfuir l'oiseau de l'espérance
Car l'hirondelle évite les vautours

Elles cherchaient dans la cité française
Le toit sacré qui vit naître Kleber
Mais le refrain de notre Marseillaise
Comme autrefois ne vibrait plus dans l'air
Les flots du Rhin reflétaient la bannière
De lourds Germains couchés près des canons
La ville en deuil semblait un cimetière
Où sur les morts veillaient leurs bataillons

Quittant alors les cimes désolées
Elles cherchaient la France dans nos champs
Mais sous leur vol un instant arrêté
Toujours toujours des drapeaux allemands
Vers l'horizon reprenant leur volée
Elles ont fui les clairons du vainqueur
Suivant au loin leur troupe ensoleillée
Vers le ciel bleu de France, volait mon coeur

Vous reviendrez chanter sur nos tourelles
La France un jour saura briser nos fers
Et pour vos nids, ô chères hirondelles
Nos bois alors auront des rameaux verts
En attendant que l'Alsace bannie
Puisse revoir flotter nos trois couleurs
Allez dire à la mère Patrie
Que nous portions sons drapeau dans nos coeurs

Dernier refrain
Vous reviendrez, soldats de l'espérance
Planter vos nids aux sommets de nos tours
A l'ombre, un jour, du drapeau de la France
Vous chasserez à jamais les vautours
































Cette chanson existe sur les CD suivants :

..
.