Recherche dans un titre ou par mot-cle :

Les pigeons de Franz Miller

F.Bonel et R.Leserre - Louis Casemajor

Vers 1880

Chanson patriotique "Aux étudiants nancéens"


Miller le teinturier, nous est resté fidèle
Mais il lui faut garder ses sentiments français
On changea son pays en une citadelle
Quant à changer son coeur, on eut aucun succès
Est-ce pour s'amuser
Qu'en sa pauvre demeure
Il fit un pigeonnier
Sur ses vieux murs tremblants
Mûrissant un projet, y pensant à, toute heure
Pourquoi n'achetait il que des beaux pigeons blancs ?

Refrain :
Lorsque tous ses pigeons à très haute distance
Volaient comme un drapeau qui fut notre étendard
Illustré jadis par Jeanne d'Arc et Bayard
Les Alsaciens Lorrains pensaient tous à la France

Un jour pour célébrer une de nos défaites
De leurs sombres drapeaux ils ont tout pavoisé
Nos malheurs, nos revers pour eux sont jours de fête
Ils se rient sans pitié de nos coeurs froissés
En voyant ces apprêts, Maître Miller rumine
Il se causait tout bas, et puis d'un pas discret
Il s'enferme tout seul. Que fait il en secret ?

Refrain :
On ne vit pas le soir à très haute distance
Voltiger les pigeons blancs comme l'étendard
Et de son pigeonnier, il en sortit fort tard
Franz Miller cette nuit travaillait pour la France

Le lendemain matin, les gros canons résonnent
Suivant l'ordre, les cloches se mirent à sonner
Au son de leur musique, à leurs chants ils entonnent
Se mêlent des propos qui nous font frissonner
Mais tout à coup on voit le ciel multicolore
Miller a protesté d'un coup audacieux
Ses pigeons son parés des couleurs tricolores
C'est le drapeau français qui vole dans les cieux

Refrain:
En voyant les pigeons à si haute distance
Voler en tournoyant dans les cieux radieux
Devant les trois couleurs au passé glorieux
Les Alsaciens-Lorrains criaient : Vive la France !
































Cette chanson existe sur les CD suivants :

..
.