Recherche dans un titre ou par mot-cle :

Au tombeau de Gambetta

Villemer-Delormel - Musique de LĂ©opold de Wenzel

Vers 1890



Gardien, quel est l'endroit où Gambetta repose ?
Dit une femme en deuil au pied d'un noir cyprès
Suivez ce vert sentier où croit un laurier rose
C'est là qu'est endormi ce coeur vraiment français !
Sur le même chemin, de noir aussi vêtue
Et tenant à la main les couleurs du drapeau
Une autre femme dit : Soeur sois la bienvenue
Je marche comme toi vers le même tombeau

Refrain:
O patriote, effroi de nos vainqueurs
Toi qui rêvais de la Revanche prochaine
Au nom de l'Alsace Lorraine
Sur ton cercueil nous apportons des fleurs.

Ma soeur voici le but de nos tristes voyages
Au seuil de ce tombeau déposons nos bouquets
Car le coeur de celui qui dort sous ces ombrages
A de nos fils proscrits mérité les regrets
Dans les grands jours de deuil, où la France envahie 
Succombait affolée au pied des oppresseurs
Lui seul ! Ressuscitant l'âme de la Patrie
Pour le sol mutilé demandait des vengeurs !

Celui qui faisait peur à tes affûts sans nombre
O Prusse ! est endormi. Mais au jour des combats
Nous le réveillerons pour évoquer son ombre
Devant les batailles de nos nouveaux soldats
Prépare toi Bismark, nous garderons sa haine !
Celui qui dans nos coeurs mit des bruits de clairons
Est muet désormais dans sa bière de chêne
Mais le bronze a coulé, nous avons des canons !

A l'heure où nos clairons sonneront la victoire
Sur les rives du Rhin où Strasbourg t'attendait
Quand sera reconquise notre ancien territoire
Nous viendrons te crier : Dors-tu content ? C'est fait !
Puis nos jeunes soldats après cette campagne
Autour de ton cercueil jonché de leurs drapeaux
Sur l'encre des traités de la vieille Allemagne
Jetteront pleins d'orgueil la cendre de tes os !

Dors en paix, Gambetta, bientôt la fière aurore
Du jour rêvé par toi se lèvera pour nous
Le vent qui viendra du nord au drapeau tricolore
A crié cette fois : Français unissons nous !
Va nous te referons de belles funérailles
Le jour où noirs de poudre, ayant passé le Rhin
Nous irons rechercher, hachés par les mitrailles
Les drapeaux de Sedan, dans les murs de Berlin !

L'Aigle du Nord menace nos vainqueurs
Dors Gambetta, la revanche est prochaine
Des champs de l'Alsace Lorraine

Nos fils bientôt t'apportons des fleurs.
































Cette chanson existe sur les CD suivants :

..
.