Recherche dans un titre ou par mot-cle :

Les Martyrs de la Charité

G.Poivilliers et L.Levadoux - G.Baucher

1900

Dans l'après-midi du 4 mai 1897, une foule élégante se presse à la traditionnelle vente de bienfaisance organisée par le Bazar de la Charité, association philanthropique qui regroupe les grands noms de l'aristocratie parisienne trouvant là matière à mêler charité et mondanités. Cette année-là, on a aménagé rue Jean-Goujon un vaste hangar en bois orné de décors en carton-pâte reconstituant une rue médiévale. Dans un petit local est proposée une nouvelle attraction : une séance de cinématographe. 
Lors d'un changement de pellicule, le projectionniste, gêné par l'obscurité, gratte une allumette... En quelques minutes le hangar n'est plus qu'un gigantesque brasier où une foule rendue folle par la peur et la douleur tente en vain d'échapper aux flammes. De l'extérieur, pompiers et sauveteurs assistent impuissants au spectacle des corps qui s'embrasent, se recroquevillent et s'affaissent.
Le lendemain, on retire du brasier plus de 150 corps carbonisés dont celui de la duchesse d'Alençon, soeur de l'impératrice d'Autriche...

Un drame épouvantable
Nous plonge dans le deuil
La France charitable
Y trouve son cercueil
Que d'enfants, que de femmes !
Venus pour secourir
Dans le tourment des flammes
Se sentirent mourir

Refrain
O Dieu de bonté ! Tu nous abandonnes
De si nobles coeurs ne devaient partir
En te bénissant, Ô main qui nous donnes
Nous pleurons hélas, ton cruel martyr.

Vous étiez souriantes
A tous offrant des fleurs
Vos grâces captivantes
Savaient tenter les coeurs
Les pièces d'or, les blanches
Tombaient dans votre main
Vous vendiez des pervenches
Pour acheter du pain

Refrain
Le pauvre honteux, le pauvre malade
Par vos dons bénis, étaient soulagés
Du lit d'hôpital au lit de mansarde
O coeurs bienfaisants, vous serez pleurés

Ô charité sublime
Gloire au nom français
Tu planes sur la cime
Des plus nobles bienfaits
Épouses, fiancées
Dans un affreuse mort
Vous êtes trépassées
Ah ! maudit soit le sort !

Refrain
Sinistre brasier ! les horribles flammes
En vous consumant vers le sombre ciel
Rouges, s'envolaient, emportant vos âmes
Avec nos regrets d'amour éternel.

Vous aviez pour devise
Pour le pauvre et pour Dieu
Las ! notre coeur se brise
Femmes de bien, adieu !
Honneur à qui succombe !
Et du fond du cercueil
Voit pleurer sur sa tombe
La charité en deuil

Refrain
Comme le soldat au champ des batailles
Ô coeurs généreux ! vous avez péri
Mais la France entière à vos funérailles
Marque au livre d'or votre nom béni.
































Cette chanson existe sur les CD suivants :

..
.