Recherche dans un titre ou par mot-cle :

La Java des Bons-Enfants

Raymond Caillemin dit "Raymond-La-Science

1912

Une chanson qui nous parle du massacre causé dans le personnel du commissariat de police de la rue des Bons-Enfants par la bombe anarchiste qui y explosa le 8 novembre 1892. Ecrite 20 ans après l'événement par un membre de la "Bande à Bonnot", cette chanson est une franche approbation de l'action anarchiste et violente. Son auteur a été guillotiné en 1913.

Extraits mp3 :



CD Pour en finir avec le travail

Dans la rue des Bons-Enfants, 
On vend tout au plus offrant, 
Y avait un commissariat 
Et maintenant il n'est plus là. 

Une explosion fantastique 
N'en a pas laissé une brique, 
On crut qu'c'était Fantomas 
Mais c'était la lutte des classes. 

Un poulet zélé vint vite, 
Il portait une marmite, 
Qui était à renversement, 
Et la r'tourne imprudemment. 

Le brigadier, l'commissaire, 
Mélés aux poulets vulgaires, 
Partent en fragments épars 
Qu'on ramasse sur un buvard. 

Contrair'ment à c'qu'on croyait, 
Y en avait qui en avait, 
L'étonnement est profond, 
On peut les voir jusqu'au plafond.

Voilà bien ce qu'il fallait 
Pour faire la guerre au palais, 
Sache que ta meilleure amie, 
Prolétaire, c'est la chimie. 

Les socialos n'ont rien fait 
Pour abrèger les forfaits 
D'l'infamie capitaliste 
Mais heureusement vient l'anarchiste. 

Il n'a pas de préjugés, 
Les curés seront mangés, 
Plus de patrie, plus de colonies, 
Et tout pouvoir, il le nie. 

Encore quelques beaux efforts, 
Et disons qu'on se fait fort 
De régler radical'ment 
L'problème social en suspens. 

Dans la rue des Bons-Enfants, 
Viande à vendre au plus offrant, 
L'avenir radieux prend place 
Et le vieux monde est à la casse.
































Cette chanson existe sur les CD suivants :

Pour en finir avec le travail

..
.