Recherche dans un titre ou par mot-cle :

Le clairon

Paul Déroulède - Emile André

1875

"Créée par Mme Almati à l'Eldorado"

Héros malheureux de la guerre de 1870, ardent patriote et valeureux militaire, Paul Déroulède participa ensuite à la répression de la semaine sanglante avant de se retrouver désoeuvré par la signature de la paix. Écrivain raté avant le guerre, il retrouve son esprit militariste et revanchard en publiant un recueil de chansons en 1875. Ses "Chants du soldat" eurent un succès considérable: "Le clairon" (le plus connu) mais aussi "le bon gîte", "le turco", "En avant", "Le vieux sergent"... Porté par cette notoriété, il sera député, boulangiste, et tentera de soulever l'armée en 1899 après la mort de Félix Faure. Exilé 10 ans, il meurt à Nice juste avant la déclaration de guerre. Sa chanson "Le Clairon" sera encore populaire au début de la guerre de 14 quand tout le monde croyait rentrer très vite à la maison...

Extraits mp3 :



CD 1850-1899 Ces années là


Noté

L'air est pur, la route est large
Le clairon sonne la charge
Les zouaves vont chantant
Et là-haut sur la colline
Dans la forêt qui domine
Le Prussien les attend

Le clairon est un vieux brave
Et lorsque la lutte est grave
C'est un rude compagnon
Il a vu mainte batailles
Et porte plus d'une entaille
Depuis les pieds jusqu'au front

C'est lui qui guide la fête
Jamais s a fière trompette
N'eut un accent plus vainqueur
Et de son souffle et de sa flamme
L'espérance vient à l'âme
Le courage monte au coeur

On grimpe on court on arrive
Et la fusillade est vive
Et les Prussiens sont adroits
Quand enfin le cri se jette:
"En marche ! A la baïonnette !"
Et l'on entre sous le bois.

A la première décharge
Le clairon sonnant la charge
Tombe frappé sans recours
Mais par un effort suprême
Menant le combat quand même
Le clairon sonne toujours

Et cependant le sang coule
Mais sa main qui le refoule
Suspend un instant la mort
Et de sa note affolée
Précipitant la mêlée
Le vieux clairon sonne encor.

Il est là, couché sur l'herbe
Dédaignant, blessé superbe,
Tout espoir et tout secours;
Et sur sa lèvre ensanglanté
Gardant sa trompette ardente
Il sonne, il sonne toujours.

Puis dans la forêt pressée
Voyant la charge lancée
Et les zouaves bondir
Alors le clairon s'arrête
Sa dernière tâche faite,
Il achève de mourir.
































Cette chanson existe sur les CD suivants :

Les chansons patriotiques


Ces années là 1850-1899


Nos plus belles chansons Vol1 1890-1905


L'Histoire de France


Les chansons patriotiques 1900-1920


La grande guerre


Honneur et Patrie

..
.